Les 7 péchés Paléo

Les régimes "paléo" sont à la mode, pourtant...  faut-il manger Paléo ?

More...

Les régimes paléo considèrent qu'il faut s'inspirer du régime de nos ancêtres préhistoriques chasseurs-cueilleurs pour corriger notre alimentation moderne. 

Ils sont parfois utiles dans certains cas, mais il faut bien rester conscients de leurs défauts et de leurs erreurs.

Voyons ensemble leurs "7 péchés" :

1 - Les régimes paléo ne sont pas paléo

Le premier défaut des régimes paléo, c'est leur nom même, qui induit en erreur : en réalité ils ne sont jamais paléolithiques !

Le Paléolithique, c'est une période qui a commencé il y a 2 à 3 millions d'années, quand les premiers hommes ont commencé à utiliser des pierres taillées. Ils étaient chasseurs-cueilleurs.

L'alimentation de type chasseur-cueilleur ne comportait que des produits végétaux et animaux sauvages, directement prélevés dans la nature.

Quand on dit "Paléolithique", c'est pour bien différencier avec la période historique suivante, le "Néolithique"...

Le Néolithique est la période historique qui correspond à l'apparition de l'agriculture, il y a quelques milliers d'années. 

Le paléolithique se termine quand l'homme abandonne la vie du chasseur-cueilleur pour consommer des produits agricoles. 

Dans notre quotidien il n'est pas possible de retrouver une véritable alimentation préhistorique basée sur des produits sauvages : les aliments du commerce sont majoritairement issus de l'agriculture...

D'emblée, il faut être conscient qu'aucun régime actuel n'est véritablement "paléolithique", parce qu'ils se basent tous sur des aliments "néolithiques", produits par l'agriculture.

De toute façon, il serait impossible qu'un grand nombre de personnes se nourrissent d'aliments sauvages :

Le mode de vie du chasseur-cueilleur consiste à vivre des ressources offertes par la nature, sans rien produire et avec peu de capacités de stockage. Ceci nécessite un vaste territoire, sur lequel il peut se déplacer quand il a épuisé la nourriture du lieu où il séjourne.

En zone tempérée l’espace moyen requis pour chaque membre d'une tribu de chasseurs-cueilleurs varie entre 1 à 10 km², ce qui donnerait une population théorique maximum de seulement quelques centaines de milliers de personnes en France...

2- Ils se trompent d'époque

D'après les partisans des régimes "paléo", c'est au moment du passage du paléolithique au néolithique que la majorité des problèmes de santé sont survenus, et c'est pour ça qu'il faudrait revenir à une alimentation préhistorique.

Pourtant, il suffit de regarder l'histoire pour constater que nos maladies modernes (obésité, diabète...) ne se développent que dans les sociétés qui s'industrialisent. Il est même certain que les populations les plus saines, où l'on a pu trouver des taux exceptionnels de centenaires en bonne santé, étaient des sociétés de paysans traditionnels, comme en Crète ou à Okinawa.

En réalité, ce n'est pas la transition entre le "paléolithique" et le "néolithique" qui pose problème, mais la transition entre toutes les anciennes alimentations et notre alimentation industrielle moderne.

3- Ils sont trop restrictifs

Un postulat qu'on trouve souvent dans les régimes paléo, c'est que "nos organismes n'ont pas eu le temps de s'adapter aux aliments apparus au néolithique" avec l'agriculture et l'élevage. 

Les aliments les plus cités sont les laitages et le blé, mais il peut y avoir d'autres féculents.

À partir de cette idéologie, le désir de revenir à une alimentation "originelle" peut devenir très contraignante !

De plus en plus de personnes cessent de consommer des laitages et des céréales. 

Ces aliments sont de grands piliers de notre alimentation habituelle, et les arrêter représente un gros effort...

Bien sûr, c'est utile pour les personnes qui sont réellement intolérantes ou allergiques à l'un ou à l'autre de ces aliments. 

Mais faut-il être toujours aussi restrictif ? 

Les centenaires crétois consommaient bien des laitages et des céréales... 

Dans beaucoup de cas, le choix des bonnes Quantité et Qualité de ces aliments a plus d'importance que de les supprimer complètement.

4- Ils augmentent la dose de produits animaux 

Les régimes "paléo" demandent souvent de diminuer la consommation des céréales, qui ont servi de base à l'alimentation de toutes les sociétés agricoles.

Quand on diminue la consommation de féculents, on augmente automatiquement la proportion de produits animaux.

Or, l'augmentation de la consommation de produits animaux a plusieurs inconvénients.
  • Elle n'est pas bonne pour la santé. Une grande consommation de viande favorise la survenue de cancers digestifs.
  • Elle n'est pas bonne pour la planète : il faut beaucoup plus de ressources végétales, d'eau et de carburant pour produire des aliments animaux que des aliments végétaux, et l'élevage intensif provoque une multitude de problèmes écologiques et éthiques. 

5- Attention aux infections ! 

Avant l'ère moderne, le principal risque alimentaire provenait des infections. Elles ont été quasiment éradiquées par l'utilisation de différents moyens comme l'hygiène et le lavage, la congélation et la cuisson.

Plusieurs régimes paléo conseillent de consommer les produits animaux crus : 

Ça augmente le risque d'infections bactériennes (salmonelles, E.Coli, listeria), ou par des parasites (toxoplasmose, ténia, anisakis avec le poisson...).

Attention surtout en cas de grossesse !

6- Ils peuvent irriter l'intestin

Certains régimes "originels" demandent de limiter au maximum la cuisson et les féculents, et de les remplacer par beaucoup de produits végétaux crus et riches en fibres (légumes, fruits, jus végétaux...).

Notre intestin n'a pas l'habitude de consommer une grande quantité de fibres végétales crues. 

Les nutritionnistes savent que nous n'en consommons pas assez dans nos sociétés.

Mais cet apport soudain peut facilement provoquer de la colite chez les personnes sensibles : elles vont avoir des douleurs au niveau de l'intestin, des spasmes, des ballonnements, un dérèglement du transit avec une tendance à la diarrhée...

7- Ils sont chers

Quand on fait ses courses, on voit bien que les produits animaux sont les aliments les plus chers, alors que les féculents sont les moins coûteux. 

On voit aussi apparaître toute une gamme de nouveaux produits de régime spécialisés, destinés à remplacer les céréales, et bien plus chers.

Sont-ils vraiment plus sains ? 

En conclusion

Les 7 péchés paléo :

  • 1- Ils ne sont pas paléo
  • 2- Ils se trompent d'époque
  • 3- Ils sont trop restrictifs
  • 4- Ils augmentent la dose de produits animaux
  • 5- Attention aux infections !
  • 6- Ils peuvent irriter l'intestin
  • 7- Ils sont chers

Et vous, qu'en pensez-vous ? 

Avez-vous déjà testé des régimes paléo ? 

Si vous voulez, laissez des commentaires à ce sujet, j'aimerais bien savoir ce que vous en pensez.

Je crois que les régimes Paléo sont à la mode, parce qu'ils répondent à une demande profonde de changement alimentaire. 

Ils apportent des solutions qui ont leurs défauts, mais aussi certaines qualités. C'est important de bien les comprendre pour savoir ce qu'on peut en garder.

Dr Alain Schils

Partager ceci :

Rédiger un commentaire

Veuillez vous connecter pour commenter
  S’abonner  
Notifier de